Le Salon de Thé G.

Détente, Calme, Rêve.



 

 Thyl'g, Dieu de la Lumière. [Validé]

Aller en bas
AuteurMessage
Mr G.
Patron
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 22/11/2014
Age : 22
(#MessageSujet: Thyl'g, Dieu de la Lumière. [Validé]   Jeu 12 Fév - 10:13

Fiche Technique du Dieu de Mr G.


Dans les hautes sphères, les divinité me connaissent ainsi.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Nom divin : Thyl'g

Nom et Prénom de mortel : Lucius Adamante

Age apparent : 22 ans.

Sexe de sa représentation physique : Masculin

Domaine divin : La Lumière.

Alignement : Créateur.

Pouvoirs élémentaires : Télékinésie et Téléportation.

Équipement : Rien.

Nombre de fidèles : 1

Couleur utilisée pour parler : #F6FF34


Ma divinité dépasse l'entendement. Laissez-moi prendre une apparence plus adaptée.


"Pourquoi ce corps ?"
C'était une des questions que Jana aimait me poser. Elle qui était si douce...
"Parce qu'il est humain."
Pourquoi aurais-je répondu autre chose ? Elle savait comme moi que j'aimais profondément les humains et toutes les créatures intelligentes qui pouvaient s'en rapprocher. J'avais gouverné tant de mondes à son côté...
"Je prends l'apparence d'un homme dans l'apogée de son âge parce que je pense que c'est plus facile pour moi ainsi d'approcher les autres. Il m'apprécie par mon physique. Alors je choisi vingt ou vingt deux ou même vingt-cinq ans... Puis je me fais de beaux cheveux blonds qui inspirent la confiance et pour rajouter de la luminosité à tout cela, je me fais les yeux bleus." J'entendais encore son rire cristallin. Elle avait toujours trouvé les blonds aux yeux bleus un peu ridicules et très stéréotypés. Elle disait que c'était agressif mais que sur moi, ça allait bien...
"Et j'aime me faire une taille qui montre que je prends soin de moi aussi."

"Oui ! Et un corps joliment sculpté pour... Euh... Attirer les filles ?"
Elle se fichait de moi. J'avais soupiré avant de concéder :
"Ça arrive, oui. Mais tu sais bien que je n'aime pas reproduire le schéma de certain Dieux qui font naître des horreurs en se permettant de goûter au plaisir de la chair !"
"Oh le menteur !"
"Mais !... " m'étais-je défendu. "Avec toi, c'est pas pareil !"
C'était ces moment où elle s'allongeait sur moi avec amusement avant de balader ses doigts sur mon torse.
"Et tu te balade avec des habits de tissus blancs et de cuir clair pour sembler un homme à suivre, un leader... Parce que cela n'a rien d'un mensonge ! Tu es un Dieu courageux qui va toujours de l'avant !"
Et pourtant... J'avais faillis repartir en arrière...
"Et tu marches avec assurance, semblant un mirage plus puissant que la réalité... "
Elle avait terminé par cette phrase que jamais je n'oublierai :
"Soit gentil, fait moi plaisir. Promets-moi que tu feras toujours briller la lumière sur les mondes que tu parcourras comme je le fais."
"Tu parles comme si on allait se perdre l'un l'autre... "
Elle savait.


Parce que les Dieux sont avant tout des humains.


On dit que je suis fin et intelligent. Les Dieux disent beaucoup de choses sur moi. Mais depuis quelques temps, ils disent aussi que j'ai cet air de mélancolie comme un voile sur mon visage qui au fur et à mesure du temps s'incruste et qui finira par ne plus partir...
Certains disent que je suis la rédemption incarné. Je cherche à aider et aimer ceux qui risque de vire ce que j'ai vécu. Je pense que c'est vrai, même si je suis trop modeste pour l'affirmer. Ce n'est pas de moi, ça non plus. C'est de Pharam. Un grand ami, pour moi. S'il n'avait été seul, je n'aurai été poursuivi par cet infâme Hekmôs. Il aurait su garder le secret. Hélas... Seul contre tant de Divins. Que pouvait-il faire ?
On dit que je suis vengeur. Pourtant, je n'ai jamais su faire du mal véritablement à un être vivant par vengeance... À moins qu'ils n'aient parlé de Dieux... Dans ce cas, oui... Ça m'est arrivé...
Ce que je sais et que j'affirme, c'est que j'aime et que je veux la protection de tous. Mais la lumière n'est pas capable d'éclaircir tous les Ténèbres. De toute façon, mon rôle ici n'est plus de protéger et aimer les mortels de ce monde. Il s'agit maintenant de donner espoir et de les aider à rejeter d'eux même le Dieu qu'il ne veulent pas voir garder emprise sur ces terres. Le Dieu... Oui les Dieux en fait...


Je l'ai trouvé, il m'a choisi, je l'ai créé, je suis son Dieu avant celui de quiconque.


Elle était si belle. La pureté incarnée. Jana aimait prendre la forme d'une petite fille. Je n'avais pu m'empêcher de venir la voir. Elle lui ressemblait tellement...

Mais la tranquillité n'était nullement appelée à durer et, très vite, la jeune fille fit quelques mouvements avant d'ouvrir avec quelques difficultés les yeux. Pourtant, dès qu'elle me vit, elle retrouva immédiatement son énergie. Se redressant d'un coup, elle observa avec attention l'homme qui, avec calme, se tenait à moitié assis sur le rebord de sa fenêtre. Mais la Vérité, c'est qu'elle voyait à peine mes traits. Une lumière éclatante traversait les vitres et venait emplir la chambre. De fait, j'étais tout à fait à contre-jour et ses yeux étaient assaillis par l'intensité lumineuse.

Elle cligna des yeux et continua de me fixer malgré tout.

- Bonjour, enfant de la lumière.

- Qui êtes-vous ? demanda la jeune fille avec une voix émerveillée.

Elle prit un court temps de réflexion avant d'ajouter :

- Vous êtes le Père Jeb ? Si vous êtes le Père Jeb, vous êtes en retard ! Nojeb c'était il y a trois mois !

Elle n'était ni indigné, ni réprobatrice. Elle se contentait comme tout enfant d'exposer la vérité telle qu'elle était. Si j'étais le Père Jeb, j'étais en retard. Ce n'était pas plus compliqué que ça. Je souris et la jeune enfant du voir un trait de lumière traverser mon visage au niveau de mes lèvres.

- Non, je ne suis pas le Père Jeb. Pourquoi me confonds tu avec lui, enfant ? Il n'est pas déjà venu ?

Le petite fit un signe négatif de la tête. Mais j'étais certain du contraire, dans un sens... Je n'étais qu'un Dieu de la Lumière, je n'avais nullement à travailler pour le bonheur ou l'espoir. Mais j'aimais et la lumière avait ce pouvoir d'enclencher les bon leviers pour ce genre de sentiments chez les hommes. Et moi, j'étais Lumière.

- Je n'en serais pas si sûr à ta place...

- Il est passé ? Cette nuit ?

- Non. Il était à l'heure je pense.

- Je n'ai pas eu de cadeaux...

- Ta maman était à tes côtés pour Nojeb ? Vous avez passé la soirée ensemble ?

Avec toujours cette volonté d'énoncer la stricte vérité, elle me répondit d'un hochement de tête pur et innocent.

- Je trouve que c'est un beau cadeau. Certain n'ont pas eu ta chance. D'autre ont eu mieux aussi. Mais le Père Jeb a ses raison s'il a voulu que ton cadeau soit celui-là.

La jeune fille ne répondit pas. Comme tout enfant, elle avait du mal à se défaire de son avis sur une question sans véritable réponse. D'un autre côté, elle ne pouvait pas me contredire.

- Mais du coup vous êtes qui ?

Elle esquivait le sujet. Déjà à cette âge elle savait changer de sujet au bon moment. Si jeune...

- Je suis un Dieu. Mon nom est Thyl'g.

La fillette ouvrit de grand yeux émerveillés.

- Un Dieu ? Mais alors vous avez des pouvoirs et tout ? Papa dit souvent que les Dieux sont des salopards qui ne font pas leur travail. Sauf que je sais pas ce que c'est un salopard...

- Ton papa est un grossier personnage.

- Oui ! Mais c'est mon papa !

- Et toi ? Qu'en penses-tu ?

- Je trouve que vous êtes plutôt joli. Et vous avez l'air gentil. Mais c'est vrai que vous n'avez pas beaucoup aidé mon papa.

- Il ne le méritait pas. Et puis... Je suis le Dieu de la Lumière. Je ne suis pas censé aider ton papa tout au long de sa vie. Regarde.

D'un mouvement de bras, j'ordonnai à la lumière. Elle s'atténua progressivement puis fini par s'éteindre complètement. Il faisait à présent nuit noire dans un chambre pourtant éclairée par le soleil du matin.

- Si tu pouvais voir ce qu'il se passe dans la vie de ton papa, tu verrais qu'il voit un peu le monde comme ça. Il trouve tout si dure, si froid... Tout comme cette chambre qui fait peur quand elle est plongé dans le noir comme ça.

Je me levai alors. M'approchant du lit de la jeune fille, je me penchais près de l'endroit où j'avais mémorisé sa position et continuai de parler.

- Mais vois-tu, parfois, tu es là et tu t'approches de lui. Généralement, il ne te voit pas. Mais parfois il baisse les yeux sur toi et alors tu sais ce qu'il voit ?

Je n'attendis pas qu'elle me réponde et lui présentait mes main en forme de creux. Au centre brillait une boule de Lumière. Elle était faible et brillait à peine mais suffisamment pour éclairer son visage et mon torse.

- Ça.

Je pris le temps d'observer son visage impressionné devant mes pouvoirs.

- Tu es comme cette petite boule de Lumière. Porteuse d'espoir, tu illumine la vie de ton papa et tu lui permet de continuer à avancer parce que dans le noir il te voit toi et tu l'éclaire suffisamment pour qu'il sache où aller.

Ouvrant les mains, je laissai s'échapper la boule de lumière qui s'en vint par la fenêtre. À cet instant, le jour se leva de nouveau sur la chambre et la pièce redevint illuminée. Je me tournai à ce moment pour que l'enfant ne voit pas mon visage. Retournant près de la fenêtre, je repris ma position à demi assise contre le rebord et le rayon du soleil cachèrent de nouveau de leur intensité ma face au regard de la jeune fille.

- Et si tu travailles à toujours être dans son cœur, un jour, cette lumière se fixera et il n'aura plus besoin que tu sois à ses côtés : il te portera ta pensée en lui et il avancera seul mais apaisé.

La fillette eut un moment de latence durant lequel elle continuait de repasser dans son esprit ce que je venais de lui montrer. Elle n'avait jamais douté que j'étais un Dieu. Mais elle était heureuse d'avoir constaté mes pouvoirs. J'aurais voulu qu'elle réfléchisse à ce que je venais de lui raconter pour me poser les bonnes questions. Mais les enfants n'avaient pas besoin de cela. Les bonnes questions leur venaient d'instinct. Parce qu'ils n'étaient pas influencé par leur maigres connaissances.

- Pourquoi n'apportez-vous pas vous-même la lumière à mon papa ? Je ne suis pas aussi jolie que ce que vous m'avez montré !

- Parce que je ne peux pas être constamment auprès des hommes. Ton papa n'est pas seul, tu sais ? D'autres son comme lui. C'est pour ça que j'ai besoin de personnes comme toi. Pour faire resplendir la lumière à ma place dans le cœur des hommes. Tu m'aiderais ?

Le jeune fille n'eut aucune hésitation.

- Oui ! Je trouve cette Lumière jolie ! Je veux que d'autres la voient.

- Tu es une fillette adorable. Comment t'appelles-tu ?

- Alice ! Mon nom est Alice !

- Alors bienvenue dans mon monde Alice : tu m'aideras à créer le pays des merveilles, Alice. Je dois m'en aller. La lumière me réclame ailleurs. Mais nous nous reverrons bientôt. Je t'emmènerai avec moi pour que tu m'aides.

- Et ma Maman ? Elle va s'inquiéter si je m'en vais ! Et mon papa ? Il va avoir besoin de moi !

- Tu vas devenir une disciple de la Lumière. Ta mère sera fière de toi, sois-en certaine. Quant à ton papa, je le ferai aider par d'autres en attendant que tu apprennes à l'aider par toi-même.

- Quand vous reverrai-je ?

- Je ne sais pas. Mais tant que la Lumière brillera sur toi, je serais un peu là. Pense à moi et parle moi. Je ne te répondrai pas forcément, mais je t'entendrai. Au revoir Alice !

Un rayon de Soleil se fit soudain plus fort que les autres. Aveuglant la pauvre petite, il s'atténua très vite. Mais quand l'enfant rouvrit les yeux, ce fut pour constater que je n'étais plus là.

- Au revoir, Dieu Thyl'g.
Revenir en haut Aller en bas http://salon-gabragam.forumactif.org
Page 1 sur 1
 
Thyl'g, Dieu de la Lumière. [Validé]
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Passeurs de Lumière (Bernard) - PC
» [Massarotto, Cyril] La petite fille qui aimait la lumière
» [Calmel, Mireille] La reine de Lumière - Tome 1: Elora
» Planification WDW - Disney Planner est un dieu !
» Les 10 meilleurs reflex numériques en basse lumière selon DxO
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Salon de Thé G. :: FUMOIR DES RÊVES :: Les Divins Jeux de Mortels. :: Fiches de présentation des Dieux et Fidèles.-