Le Salon de Thé G.

Détente, Calme, Rêve.



 

 Shaytan - Incipit (version 1)

Aller en bas
AuteurMessage
Excerque
Ticket d'Or
avatar
Messages : 200
Date d'inscription : 22/11/2014
Age : 52
(#MessageSujet: Shaytan - Incipit (version 1)   Dim 15 Fév - 11:19

Shaytan - Incipit, 1ère partie


Partout. L’ennui.




Une ombre file dans l’espace. Trop vite pour qu’un œil humain la voit. Plus vite qu’un esprit humain le conçoive.
Voyez-vous, c’est le problème avec la vie éternelle…




Une virevolte, et l’ombre se trouve au cœur d’une nébuleuse. Elle joue un moment dans les variations or et carmin de la formation, perce un nuage d’hydrogène, distend une poche de monoxyde de carbone…
Vous vous amusez les quelques premiers milliers d’années…




Enfin, l’ombre s’arrête pour contempler son œuvre. Elle sourit alors que deux couches de gaz entrent en collision, ajoutant une teinte turquoise à la formation embrasée…
Mais finalement, fatalement, il ne vous reste plus que l’ennui, n’est ce pas ?




Soudainement agacée, l’ombre repart, dissipant au passage le nuage stellaire naissant. Combien de centaines, de milliers, de milliards de nébuleuses a t’elle bouleversé ainsi ? Au début elle voyait dans les arabesques pyrolytiques un art vivant, sans cesse renouvelé.

Sans cesse renouvelé, tu parles ! Aussi complexes que soient ses mécanismes, les nébuleuses obéissent toujours aux mêmes lois physiques, les mêmes impulsions provoquent les mêmes réactions, toujours prévisibles, déjà connues. Un nuage ne surprend pas ; embrasé, chatoyant, il reste un nuage. Il n’y a que le vivant qui sache imiter le vivant j’imagine…

Le vivant ! Voilà le vrai, l’ultime amusement ! Imprévisible, toujours changeant… Même primitif il constitue un spectacle sans fin, à l’issue incertaine… L’ombre se transporte vers une planète d’humains et ralentit pour considérer la masse grouillante et bruyante d’une ville. Invisible, elle se glisse derrière un commerçant et fait tomber un vase à l’apparence précieuse, maintenu en place par des liens solides. Le bruit alerte le marchand qui écarquille les yeux devant les bris de céramique. Le temps semble ralentir alors que l’ombre guette la réaction de l’homme… Va t-il se mettre à hurler, furieux, contre un apprenti ou un badaud rendu coupable de sa perte ? Va t-il s’effondrer en larme devant la perte d’un mois de travail ? Essayer t-il de recoller temporairement les morceaux du vase pour faire ensuite croire à un passant « maladroit » que les dégâts étaient de son fait ? Le commerçant, enfin, assimile l’information. Aussitôt, il se jette à plat ventre sur le sol de terre battue et se met à psalmodier. D’abord intriguée, l’ombre éclate de rire devant le comportement incohérent de l’homme.
Va t’il se mettre à prier plus fort si je brise d’autres objets ?

Soudain, alors que l’ombre s’approchait d’un nouveau vase, elle sent un regard brûlant posé sur elle. Créateurs ou Destructeurs, les dieux sont jaloux de leur domaine et une divinité régit déjà les lieux. Un bond en arrière instinctif éloigne l’ombre de sa cible : devant elle, la poussière portée par le vent dessine les contours d’une silhouette humaine. Une chaleur infernale se dégage du profil qui fixe en silence le dieu invisible. Un instant, l’ombre est tentée de se jeter sur la silhouette, de la renvoyer de ce monde, de lui faire ravaler son arrogance… Mais elle ne bouge pas. Ici, elle le sait, elle n’a aucun pouvoir. Les croyances stupides des masses humaines entourent la silhouette qu’elles gonflent de puissance. Furieuse, l’ombre disparaît du marché.
Croit-elle vraiment que j’ai peur d’elle ? Croit-elle être meilleure que moi ? Plus puissante, plus maligne ? Si ce n’était toutes ces prières, je l’aurais mis en pièce ! Je n’ai pas fui devant elle, sa planète était insipide, inintéressante, voilà tout !

Comme ces dieux doivent être stupides pour se contenter d’une planète de bêtes humaines ! Si leur exil les amuse, tant mieux pour eux, mais l’ombre ne se contenterait jamais d’un ermitage aussi idiot ! Elle préfère de loin être libre, fréquenter les autres dieux, les éblouir par ses talents… Où est donc Hekmôs qu’elle lui montre ses créations stellaires ? Elle cherche mais ne trouve pas. C’est une première ! D’habitude il ne lui faut qu’une seconde pour localiser l’aura d’orgueil teintée de mesquinerie du Destructeur. Se dissimule t’il au monde ? A t’il fait une trouvaille intéressante ? Il suit habituellement ce bellâtre de Thyl’g… Une odeur imperceptible de mélancolie flotte, diffuse, quelque part. C’est bien celle de Thyl’g, toujours engoncé dans l’auto-apitoiement ! L’ombre ricane en elle-même : contrairement à Hekmôs, la vanité du dieu protecteur l’empêche de dissimuler parfaitement son aura. Au prix de quelques efforts, l’ombre traverse la trame des univers et se transporte sur la planète où les deux dieux se cachent.
Une planète humaine, une de plus.

Plongé dans l’Omniscience, elle suit, indétectable, les mouvements des dieux rivaux. La déception fait rapidement place à la surprise. Cette planète n’est encore revendiquée par personne ! Sa surprise se change rapidement en stupéfaction : les deux dieux agissent comme des humains, n’utilisent même presque pas leurs pouvoirs ! Et pourtant, la magie enveloppe la planète de manière si complète qu’aucun recoin n’échappe à son emprise.
Un filet ! Plusieurs règles régissent la présence des dieux ici, un examen attentif du filet et des dieux permet à l’ombre d’en distinguer rapidement six.

Un jeu ? Non… plutôt un concours… Mais si ce n’est pas un concours de puissance, c’est donc un concours d’intelligence ! Que croient-ils prouver de cette manière, qu’ils sont les plus malins ? JE suis le plus malin, le plus intelligent d’entre tous ! Je devrais peut-être leur rappeler à tous les deux… Non… Pas seulement à eux deux, à tous mes frères !

L’aura de Shaytan se met à rayonner autour de lui pour attirer l’attention de toutes les divinités, phare de puissance dans le vide du cosmos.


Venez ! Venez tous ! Vous verrez, je vous montrerais à TOUS !


Dernière édition par Excerque le Jeu 10 Déc - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Excerque
Ticket d'Or
avatar
Messages : 200
Date d'inscription : 22/11/2014
Age : 52
(#MessageSujet: Incipit - 2e partie   Dim 15 Fév - 13:32

Shaytan - Incipit, 2ème partie


Des milliers de vies défilent sous le regard indifférent de Shaytan. Les règles du jeu sont claires : il n'aura d'emprise que sur un Domaine en particulier. Quel choix lui permettra de gagner la partie ?

...le Dieu des Guerriers ? C'est toujours utile une petite armée de quelques millions d'hommes ! Le Dieu de l'Or peut-être ? Celui qui possède l'or possède tout, et quel meilleur levier sur des humains ? Non non non... c'est d'un cliché... Le Dieu des Hommes au Pouvoir ? Ça pourrait être amusant ! Mais ça ne fait pas beaucoup de fidèles... Et pourquoi pas le Dieu des Fidèles ? Ou le Dieu des Dieux ?
Une pression faible mais ferme se fait sentir sur le dieu

Bien bien ! Je rigolais... J'imagine qu'on ne peut pas pas trop jouer avec les règles...
Suivant le fil de sa pensée, apparaissent tour à tour un colosse en armure, un banquier célèbre, un dictateur endormi... hommes représentatifs des pouvoirs de ce monde. D'autres existences viennent remplacer les précédentes, autant dues au hasard qu'aux pensées fugaces du dieu. Le tourbillon incessant des visages enivre doucement Shaytan qui s'abime complètement dans le ballet vertigineux des vies qui défilent...
Là !
Le cercle de visages se brise et Shaytan sort de sa torpeur, soudainement alerte. Il cherche dans sa mémoire l'évènement, le détail qui l'a troublé. Rien. Les visages défilent à nouveau, plus rapidement encore alors que le dieu se concentre pour retrouver la sensation. Un magistrat particulièrement matois retient un moment son attention, mais non ce n'était pas lui, Shaytan en est presque sûr. Là ! Le même éclair transperce la conscience du dieu qui arrête instinctivement sa course. Une ruelle sombre, glacée. Une bruine sale et collante dépose sur les pavés une nouvelle couche de crasse que la bise du matin ne chassera pas. Une vingtaine d'hommes se trouvent à proximité de la ruelle, quelques uns dans les taudis la bordant, d'autres se pressant dans les rues de part et d'autre. Tous miséreux, sans talent ni savoir-faire, sans ambition ni intelligence. Aucun de ces hommes ne peut convenir à Shaytan ! Le dieu songe à repartir, repense au magistrat retors.

Celui-ci conviendrait ! En tous cas il ne baigne pas dans l'ordure lui !
Il reste pourtant, debout dans la bruine battante, les sens à l'affut de cet éclair qui l'a conduit ici, mais sa conscience reste silencieuse. C'est à lui de trouver sa cible maintenant. Quelques pas le conduisent au milieu de la ruelle, dans la partie la plus sombre et la moins exposée au vent et à la pluie. Une chaleur l'enveloppe doucement à mesure qu'il avance. C'est ridicule, il est un dieu, cette pluie ne le mouille pas, le vent n'a pas d'emprise sur lui. Et pourtant, il apprécie cette chaleur qui semble repousser les éléments dans la ruelle glacée. Un coeur bat, doucement, faiblement dans la nuit, une présence se dessine aux sens de Shaytan qui attend, immobile, de peur de briser la magie. Vingt-trois hommes se situent à proximité de la ruelle, vingt-trois hommes et une petite fille, dormant dans les déchets pour mieux se réchauffer. Shaytan repousse les ordures et un visage apparait. Un éclair secoue l'être pour une troisième fois alors qu'il contemple le visage enfantin aux lèvres bleuies. Couverte d'ordure, presque morte, quelque chose résonne malgré tout chez cette petite fille, l'empreinte d'une vie qui secoue Shaytan. Le besoin de la sauver, de la protéger de l'ordure et de la pluie retentit, impérieux. Balayant les ordures, il soulève le corps fragile et marche jusqu'à la première porte de la ruelle. Celle-ci est ouverte, la maison froide abandonnée. Portant toujours la fillette, il pousse du pied un sac éventré près de la cheminée sur lequel il dépose sa charge. Il replie un pan du tissu grossier sur le corps tremblant : à défaut de mieux, ça servira bien de couverture. Un feu maintenant ! Une chaise cassée fournira le combustible, il ne reste plus qu'à fournir l'étincelle.
La pression revient, bien plus forte. Impossible de créer la moindre étincelle, le filet l'en empêche. Depuis quand était-il astreint aux règles du jeu ? Il n'avait choisi nul domaine, n'avait fabriqué aucun artefact et n'avait contacté aucun fidèle ! Ou alors... l'avait-il fait ? Il regarde le visage endormi de la fillette... Malgré son épuisement, il peut voir la force d'âme de cette jeune fille, sa détermination et son intelligence. Elle aurait fait une magnifique jeune femme, un phare rayonnant dans l'obscurité de la bêtise humaine. Instinctivement, il connait son histoire. Il revoit le foyer en flammes, les parents gisant, la fuite affolée, la peur, le froid qui l'ont menées dans ce tas d'ordure. Oubliée des hommes, oubliée du monde, condamnée en quelques minutes à mourir de froid au milieu des ordures dans l'indifférence générale. Elle ne mourra pas ce soir. L'action de Shaytan l'arrache à la mort, lui offre une seconde vie, une vie où elle pourra accomplir son potentiel, une vie où elle rayonnera dans le monde, nageant dans l'opulence et se jouant des puissants.
Elle frissonne sous le froid et murmure une complainte. Aussitôt, Shaytan claque des doigts et un feu s'allume dans la cheminée. Il veille sur elle, lui, le Dieu des Oubliés. Riant face à la cruauté du monde, il protège ceux que le monde a délaissé, leur redonne leur humanité et réalise leurs potentiels. Ensembles ils se hisseront au-delà des autres hommes, des autres dieux, et cette jeune fille sera la première d'entre eux. Apaisant les rêves de la fillette, il murmure :

"Dors, Ibliss, demain est un grand jour pour toi. Demain est le jour de ton éveil."
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 
Shaytan - Incipit (version 1)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Link version fille
» les version RMNET et PPP
» [AIDE] passage version 2.1 update 1 vers froyo
» affiches de films version minimaliste
» SOFT MY BACKUP version gratuite et PRO
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Salon de Thé G. :: FUMOIR DES RÊVES :: Les Divins Jeux de Mortels. :: Mémoires.-